Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2009

Feuille de ROOT’ – 05 novembre 2009

Bonjour à toi, à vous, à eux,

Voici venir le temps de la restitution de notre chantier en ‘point(s) de suspension’.
Les brouettes de l’atelier sont devenus de confortables (!?) sièges de jardins, les sculpteurs ont aligné leurs pierres en cours…on s’essuierait presque les pieds en entrant dans le patio ! (j’ai dit ‘presque’ !).
Nous avons aménagé l’espace ‘En proceso’ sous l’ajayu débonnaire de la ‘Espirala esferica’ de Carla, et chacun fait genre : ‘le regard des visiteurs ? même pas tendu-même pas impressionné-même pas mal’…
Il n’empêche qu’on ‘balise’ tous sans savoir exactement ce qui se joue.
Mais ….. de quoi a-t-on peur exactement !?
de ne pas être compris ? Mais… Y’a rien à comprendre !
d’être rejeté ? dés-aimé ? puni ? Mais… on n’est plus des mômes à attendre l’approbation des grands que diantre !
A moins que nous ne soyons tout simplement dans ce paradoxe ‘regardez-moi mais par pitié fermez les yeux !’

je crains trop de dénaturer les créations de mes compagnons en vous les racontant, alors je ne peux que vous inviter à une balade dans mes propres intentions et à feuilleter l’Album ‘Galeria En Proceso 07 novembre 2009’, qui rassemble les photos des oeuvres de Carla, Gloria, David, Jorge, Rafaël, Natalia, Vilma, Jaime, Donato et moi, sur le thème 'Puntos suspensivos'


j’ai choisi une forme d’installation, qui me permet de tenir compte des 5 dimensions qui me sont essentielles:
trois pour l’espace (aquitain comme bolivien),
une pour le temps
et enfin une dernière pour la conscientisation (des recherches amorcées et jamais terminées, de cette immense aubaine de vivre, mais aussi de ses corollaires d’impermanence et d’extrême fragilité).
j’ai récolté sur les chemins sillonnés, 15 pierres (une pour chacun de nous, artistes aquitains qui m’ont accompagnée de leur Point(s) et de leurs réflexions). Puis, j’ai cherché 15 pierres rompues au sol, laissant apparaître leur ‘ajayu’ (cet esprit/âme aymara qui est intensément lié à chaque Être).
Les 15 pierres sont suspendues au patio de l’atelier, par les fils de fer soutenant ou blessant nos vies, tandis que les ajayus sont éparpillés sur le sol, éclatant de leurs couleurs intimes recouvrant les photos des points suspendus à travers les pays de Bolivie ou des artistes au moment où ils me les ont remis.

Dures recherches pour chaque roche, car comment être au plus près de la/des personnalité(s) des artistes/compagnons de route virtuels ?
j’ai retrouvé, dans cette quête, tous ces moments d’incertitude, d’impatience, d’insomnies qui accompagnent ces chantiers d’investigations…. je les ai, bien sur, finalement recueillies, en toute subjectivité !
je me suis bien gardée de les laver, les polir ou leur donner un vernis artificiel.
Et là, maintenant, je regarde cette installation, et… oui, ça le fait !
Alors : merci à Christian-Dubois d’avoir été, à Anne-Marie, Arlette, Bruno, Christophe, Eric, Jakline, Magalie, Marie-Pierre, Marwill, Pierre, Séverine, Sylvanie et Zina-O de s’être prêtés au jeu/je, de se suspendre avec moi par delà l’océan.


…………..’Il sera bientôt temps de refaire mon baluchon’….. Aïe ! qu’ils sonnent lourds ces mots ! épais des manteaux d’hiver et des brumes matinales !
je ne vous parlerai pas de l’eau qui coule au moment des départs et où on accuse les oignons, la poussière ou la fumée d’en être la cause.
je ne vous parlerai pas des bougies qu’on laisse allumées auprès des plus âgés pour maintenir la vie jusqu’aux retrouvailles prochaines.
Et je ne vous parlerai pas non plus de chaque senteur, chaque vibration de chaque couleur qu’on retient avec force, presque avec hargne, pour qu’elles s’enracinent et nous rendent plus forts.

Non, je vous dirai juste que je regarde vers la lumière, trouve le printemps, et …

…..en avril 2010, nous accueillerons, pour la 2ème fois, David Vargas Perez pour des expérimentations et rencontres dans notre atelier et à la Halle des Chartrons : de beaux moments de découvertes et de partages que notre collectif commence à mettre en œuvre….
Guettez notre programme : il devrait être succulent et épicé, comme une salteña !
Amicalement
dominik