Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2017

Prélude au Temps d’accueil ROOT’ARTS en septembre 2017: Feuilles de ROOT'Alicante – août 2016

Bonjour à Tous, Et me voilà embarquée dans ce nouveau ROOT'ARTS qui me conduit à Campello, au bord de la Méditerranée,à 20 km d'Alicante, dans le sud de l’Espagne. je vais à la rencontre des mondes de Kris Lozano, artiste visuelle...
je vous écris sous le regard de la mer et les bruissements des vagues... Nous avons déballé nos matériaux et matériels, collectés patiemment depuis que le thème "sourire intérieur" a émergé de la tête de Kris, et avons commencé quelques causeries. Elles nous permettent de nous cerner et de commencer l'apprivoisement: de nous, du sujet, de "comment allons-nous travailler?", de notre calendrier et de notre Temps rituel, et enfin de nos objectifs communs et personnels. Voici que le Temps s'installe entre recherches, esquisses et paroles (tout cela saupoudré de plongeons dans la Méditerranée et de "paseos"
au cœur des terres: avez-vous vu les deux "basa jauna" inscrits dans la roche?).
"sourire intérieur" ? Est-ce celui que l'on affiche pour donner le change, pour garder en soi la force nécessaire? Est-ce celui là, bien protégé, qui devient protecteur et peut combattre les grincheux? Est-ce une ascèse? Peut-être que ces drôles d'algues qui se pelotonnent en nid nous guideront... Nous en recherchons les formes, couleurs et textures. Patiemment nous déroulons les fils de nos histoires pour en trouver la trame commune....
Bonjour à Tous, Nous avons tenté d’ouvrir les nids d’algues… ce sont des éléments tellement compacts! Nous avons déclaré forfait....et c'est tant mieux : il y avait quelque chose de terriblement violent dans cet acte. Nous savons maintenant que les "nids d'algues" ne sont pas des algues mais des Posidonia Oceanica, et que celles-ci seront bien notre fil conducteur. je poursuis mes recherches graphiques et expérimentations autour d'une forme humaine qui serait comme surlignée par les Posidonia Oceanica. "ça" émerge peu à peu: je laisse venir sans brusquer, tandis que de l’autre côté du mur, Kris avance elle aussi et commence une création.
 
Bonjour à Tous, Ah! le marché de Campello !!!! Les figues et les melons !!!! Ce sont les paysans de la zone qui vendent leurs produits mais aussi tout l’amour qu’ils ont de leur travail! Nous achetons ces miels de la terre et en nourrissons nos corps et nos âmes. Tout cela alimente nos conversations: conversations d’artistes, conversations de femmes, conversations de femmes-artistes. "ça" est presque terminée, je ferai les finitions à Bordeaux. Quant à la série “les choses de la vie”, elle se poursuit : "les 3","el abuelo" et "1975, la leçon de Sciences Nat." sont aboutis grâce à Kris qui m’enseigne comment utiliser tel ou tel outillage et peaufiner chaque élément. De son côté, elle avance vaillamment, patiemment, rigoureuse du moindre détail et de la plus petite poussière. Peu à peu, j’apprends le langage des Posidonia. Au début, je les récoltais sans savoir. Maintenant j’écoute ce qu’elles me disent…. Cependant, elles exigent une grande honnêteté; je ne peux trier et choisir ce qui me convient, sous prétexte de vouloir conter une historiette légère! j’ai bien essayé de gruger et de saisir quelques “pelotes de la mer” qui n’avaient rien à me dire…. Le silence qui est alors tombé …...…. j’ai compris et accepte l’apprentissage du langage des Posidonia. Ce soir est la première des 3 nuits de pluies d'étoiles: si vous levez les yeux, nous nous rencontrerons peut-être autour d'un astéroïde. Prenez soin de vous et des autres, Amicalement
Bonjour à Tous, nous voici (déjà) au milieu de la résidence! Les choses sont tranquillement installées ; Pau, Eva et Alba sont arrivés dans la nuit du 10 (ou du 11, je ne sais plus bien) et notre rythme a un peu changé. Nos recherches se poursuivent et nous nous découvrons différentes et similaires. Kris a investi les Posidonia Oceanica comme des formes en volumes, reflétant quelques fois les sourires intérieurs crispés. Ses créations pointent leurs nez: un mobile aux couleurs chatoyantes, une composition sur bois flotté aux subtiles douceurs et un autre bois non encore investi mais qui s’impose peu à peu. Voici que je classe mes recherches sous le regard attentif d’Alfred (Jarry) et Boris (Vian): le langage des Posidonia Oceanica sera-t-il un prochain article pour le collège de ‘Pataphysique? ... je me souviens de la rencontre (grâce à Amandine Sauvageon) avec l’alchimiste Johan Le Guillerm et cette révélation incroyable du langage des pommes de pins... Il est vrai que les Posidonia Oceanica ne crient pas comme les mandarines épluchées. Cependant, elles ont dans leur silence, une tessiture bien particulière: Au sol de la Méditerranée, elles roulent et s’enroulent, développent le dicible comme l’indicible, manient le grotesque et l’absurde, le drame et la dérision. Ne pouvant pas rivaliser avec le bruit des vagues, elles appellent le regard et ne le lâchent que lorsque la Posidonia Oceanica a été saisie dans toute son ampleur. Elles semblent être de cette étrange famille des nuages et de la Terre: il suffit d'un rien, et l’instant est passé… Il faut renouveler le chemin parcouru, l’aventure abandonnée.
Belle journée à Vous dominik