Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2006

Feuille de ROOT' 05 octobre 2006

03 octobre 2006

Enfin arrivées ! Après une trentaine d’heures de voyage qui nous ont vu partir de Bordeaux, arrivées à Madrid, repartir pour Buenos Aires ; allons-nous pouvoir atterrir ou serons-nous déroutées sur le Paraguay ?
Non ! le capitaine est »capissimo » ! et notre atterrissage se fait bien à Buenos Aires !
Quelques 8 heures d’attente et nous voilà réembarquées pour La Paz, via Santa Cruz de la Tierra.
David nous attend à l’aéroport et toute la famille nous accueille à la maison.
Nous tombons finalement dans nos lits.


04 octobre 2006

Première rencontre avec les étudiants de l’Academia Nacional de Bellas Artes.
Une douzaine d’étudiants qui ont déjà largement entamé le processus d’élaboration du projet artistique « le Silence a la parole » ; ici, il tend à se muer en « el Silencio grita » (« le Silence crie » ou « les Cris du Silence »).
Ce sont des travaux sur les mémoires douloureuses des corps, l’anorexie comme négation de la vie, la découverte d’un suicidé par une petite fille…. Autant de Cris du Silence, lorsque la parole ne peut plus être.
Ce sont les premiers travaux d’approche.
Demain, nous commencerons le travail d’atelier : du côté Arts Visuels comme du côté de la céramique. De ce côté-là, le travail semble être plus tourné vers le Silence sérénité comme une pause dans l’agitation.

J’ai fait une belle rencontre, le soir à l’université, avec Ricardo, professeur de Langue des Signes Bolivienne. Il connaît la Langue des Signes Coréenne, Japonaise et Américaine !
Son regard curieux est tourné vers l’échange et il souhaite fort un échange avecles professeurs de Langue des Signes Française.

Le soleil est au rendez-vous dans ces premiers jours de printemps boliviens.
Que demander de plus !? Demander, non, mais souhaiter que de l’autre côté de l’Atlantique, vers notre atelier, les réflexions soient aussi riches.
Amicalement
dominik

Les commentaires sont fermés.