Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2008

Feuille de ROOT' 27 octobre 2008

Bonjour à toi, à vous, à eux (toujours emprunté à Sylvanie …  et toujours hi !hi !hi !)

 

Tout avance tranquillement (!?) ; j’apprends à me servir de la colle de vache (si l’odeur est aussi désagréable que notre colle de lapin, ses réactions sont un tantinet différentes) et je montre comment je broie et lave la terre pour en extraire les pigments.

Chacun s’émerveille des mondes et techniques de l’autre, et cet échange équitable possède sa propre force qui nous permet de dépasser les contrariétés et les freins que nous rencontrons sur notre chemin.

Comme souvent ici à La Paz, les choses prévues se défont tandis que d’autres voient le jour…

 «por el caminant no hay camino » disent les artistes, reprenant ce refrain célèbre et avec toute la sagesse des hauts plateaux ! Abandonnant les prévisions, il s’agit alors de saisir ces instants de vie, ces moments de partage comme autant de cadeaux de la Pachamama….

 

Nous ne sommes que de petits ricochets disponibles ….

C’est ainsi que :

 

Nous pensions faire un atelier-rencontre «otra mirada» avec les enfants du collège et du jardin d’enfants … et nous avons fait ces ateliers-rencontres avec aussi les parents qui se sont laissés prendre au jeu de cette «otra mirada» avec laquelle nous pouvons laisser venir à nous le monde !  - à la fois mélange simple et complexe des regards d’Ici et de Là-bas, sur l’Autre, la vie, les dualités, ce que nous sommes et ce que nous pouvons, malgré tout partager…

Ces ateliers-rencontres ont été articulés autour de trois perceptions : visuelles, tactiles et vibratoires : «pinta lo que veas – pinta lo que sientas – pinta lo que escuchas».

Ces ateliers ont été construits avec les différents univers tissés que nous avons mis en commun.

Cependant l’appropriation en toute liberté de ces regards proposés, permet à Adrian, Martina, Ugo, Roberto, Manolito, Daniela, Mateo et tous les autres enfants, de se fabriquer encore une nouvelle façon d’être, une nouvelle façon de pouvoir dire «Je» tout en respectant l’Autre… Alors, beaucoup plus qu’un événement artistique c’est devenu un simple événement humain !

 

 

Nous avons conduit nos pas jusqu’à Tiwanaku, où Gloria Amestegui participait à une rencontre de sculpteurs. Nous devions aussi y aider le jeune muraliste Marcelo Yaksik à faire le mural de sa thèse ; pluie et gros grêlons ont contraint sculpteurs, muralistes et «ayudantes» à battre en retraite… Alors, nous avons cheminé, échangeant nos regards sur ce qui nous entourait et sur notre perception de l’Autre : ombre/ reflet/ ouverture/ fermeture/ empilement/ fêlure, etc… Et malgré les perfidies du monde, notre baluchon de textures-sensations s’en est trouvé enrichi !

 

Amicalement

dominik

Les commentaires sont fermés.