Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2008

Feuille de ROOT' 09 novembre 2008

Bonjour à tous et à chacun,

 

Nous avançons les projets pas à pas et il nous apparaît qu’ils prennent un tournant très étonnant :

Ainsi, les travaux destinés au Festival «Arte reciclado» sont d’un langage et d’un engagement où nos petites anecdotes de vie n’ont pas lieu d’être ; ils reflètent plus le rôle que nous nous attribuons, comme artistes et comme humains au sein de ce monde qui est le nôtre.

Tandis que dans le travail ROOT’ARTS 2008-2009 «l’Autre», notre engagement glisse vers quelque chose de plus personnel ; pour certains il s’agit de montrer la rencontre, pour d’autres les zones de frôlements, de frottements, les différences, les mystères,  les chemins obscurs ou lumineux, pour d’autres enfin ce sont aussi tous les mots qu’on n’a pas dit à l’Autre, pour tout un tas de raisons aussi mauvaises les unes que les autres

Et souvent tout ça est emmêlé, créant des zones de discussions presque dans cette dimension confidentielle des «petites causeuses» de Camille Claudel.

Ce sont des instants émouvants où tous, jeunes et vieux artistes, hommes et femmes, nous entrons dans un monde intime et intimiste où il nous faut trouver par quels médiums artistiques nous pouvons nous raconter mais aussi extraire de notre propre histoire une certaine «universalité» et l’offrir en partage.

Comme toujours dans les résidences ROOT’ARTS le Temps s’écoule différemment,  plus lent et plus rapide à la fois :

 

Plus lent, car il m’est donné l’opportunité d’être dans ce «Temps rituel de création», où je peux passer des heures, des minutes, des siècles au bord des cerros à rêver… au long du fleuve Irpavi à chercher Le galet qui a quelque chose à me dire…. autour d’un cafecito à discuter, voir et revoir des images qui font ricochets.

Mais ….. n’est-ce pas cela le rythme tout simplement humain que nous avons souvent perdu !?

 

Plus rapide car nous accrochons «El Otro» dans 2 jours à la Casa de la Integracion,

«el pueblo reciclado» doit être remis dans 4 au Festival, et … boudu je suis charrette !!!

On court dans tous les sens : qui peut aider qui à faire quoi ?

Cela rappelle-t-il aux «rootartistes» aquitains la frénésie des montages à La halle des Chartrons ?

Ben oui !!! C’est un peu, beaucoup ça !!!… en plus flippant parce que rootartiste représentant FenÊtre sur rue  je n’ai aucun droit à l’erreur !

 

Amicalement

dominik

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.