Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2009

Feuille de ROOT' 14 octobre 2009

Bonjour à tous et à chacun,

12 octobre 18h - je me suis suspendue d’abord au dessus de Bordeaux,

puis accrochée aux nuages (qu’une vision défaillante m’a fait prendre pour une forêt - alors que chacun sait qu’ils font partie de la famille des ovidés, n’est-ce pas !?) pour me poser quelques heures à Madrid.

Le sol est lisse, brillant, le plafond ondulé et texturé, ponctué de sphères métalliques ; hum !hum !…

Sur les murs de verres, les spirales des tuyaux de pompiers, les cercles des horloges : re-hum ! bien ! bien !

Le choix de ‘point(s) de suspension’ vient s’adosser à tout cela …

(et je ne vous parle même pas des chupa chups !)

… je me suis endormie en attendant le vol de nuit qui m’a amené à Lima.

Lima - 5h45 (12h45 en France) : d’autres suspensions m’attendent et je les observe, spectatrice de l’agitation bien particulière des aéroports.

13 octobre - arrivée à La Paz 17h45 (21h45 en France) - je suis bien ici et maintenant  -

‘quel bruit fait un point de suspension quand il rencontre le sol’ ?

un bruit de retrouvailles, d’embrassades, d’accolades !

14 octobre - Atelier 12 (tiens un autre 12 ! je ne l’avais pas noté celui-là !) d’Irpavi :

nous regardons les points des 14 artistes d’Aquitaine (et oui, nous sommes 14 maintenant !),

et projetons les trajets possibles, remplaçons les impossibles par des découvertes aventureuses, calculons le prix des ‘mobilidades’

….et…au bout de la matinée… (ponctuée de ‘cafecito y pancito’)

nous avons défini les possibles : quelques jours de travail de partage dans l’atelier, puis nous devrions pouvoir passer jusqu’à San Pedro de Quirahuara et les Chulpas, pour suspendre quelques œuvres.

Retour à l’atelier pour reprendre quelques forces, traduire notre voyage et expérimenter diverses techniques.

Nous chargerons à nouveau notre barda, et, passant par Cochabamba, nous irons jusqu’au site de Torotoro, ses grottes profondes, ses empreintes fossiles, ses peintures rupestres et ses pétroglyphes pour déposer les points correspondants.

Et enfin, retour à l’atelier pour aboutir le temps de résidence et mettre en œuvre une exposition de nos échanges.

Vous voyez, le programme est intense … mais juste à la mesure de l’émotion des artistes d’Irpavi en découvrant la diversité des points de suspension des artistes d’Aquitaine

Amicalement à tous et chacun

dominik

Les commentaires sont fermés.