Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2007

Feuille de ROOT´05 novembre 2007

05 novembre Huaraz

 

 

Nous sommes revenus d’Aita Pampa, cette nuit, après un périple incroyable….

 

Partis le 30 octobre à l’aube, nous avons traversé la Cordillère Blanche pour rejoindre, d’abord, Chacas, le village principal et enfin Alta Pampa où vit, perchée sur la montagne, Agapita Ramos Romero, la mère d’Oswaldo.         C’est une femme extraordinaire, qui nous a ouvert sa maison, son savoir, son énergie et tout l’amour qu’elle éprouve pour chacun de ses huit enfants, chacun des êtres qui peuplent sa vie. C’est ainsi que nous avons pu participer à la confection des quelques 200 pains et « Tanta Wawas » pour la Fête des Morts.

 

Moments inoubliables où l’activité commence dés l’apparition du jour, où le rythme est celui des pulsations de la nature, de la patience du tri des « avas », et puis ….                                                                                                  Une « camineta » qui nous conduit aux ruines « prés » d’Alta Pampa ...              Une « camineta » est (théoriquement !)  « un petit bout de chemin » : nous avions simplement oublié que nous étions dans une famille de guides andinistes, guides de hautes montagnes ! …. Déjà perchés à 3700 m, nous sommes parvenues tout là haut… quatre heures  après…. 1000 mètres de dénivelés plus haut ….à bout de souffle   … exténuées des fous rires qui nous prenaient quand nos jambes ou nos souffles nous lâchaient … Mais, bon sang que c’était beau !!!!     

 

C’est alors que nous avons réellement compris toute la sensibilité d’artiste d’Oswaldo : quelle générosité de nous avoir offert cette rencontre avec son âme !...

 

La descente nous a trouvées plus assurées de nos pas et nous nous sommes regroupés autour du foyer d’Agapita …

 

Nous avons quitté Aita Pampa le 04 novembre à 4 heures du matin pour une autre « camineta » ( !) qui nous a menés à la grande route où les « mobilidad » passent et à Chacas nous avons repris un bus pour Huaraz…       Celui-ci a tenté de traverser la Cordillère …. Mais c’était sans compter le trou dans le radiateur, la fuite d’huile et les pneus crevés ! Au bout de la nuit, Huaraz est finalement apparue et nous nous sommes tous jetés sous les couvertures sans tarder !

 

Nous voici le 05 novembre au matin, nous songeons au retour vers La Paz et les esprits sont un peu tristounets… Mais c’est aussi le prix de chaque ROOT’ARTS, je le sais bien et je crois aussi que je ne m’y ferai jamais !!!

 

dominik