Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2008

Merveilles Boliviennes

Raphi!! (salut en Quechua)

 

Como esta?

Muy bien, le soleil Andin point son nez tous les jours et il est plus que puissant!!

D’ailleurs, les préincas lui en font une divinité en lui montant une porte : la puerta del sol dans la cité de Tiwanaku, il y a plus de 1000 ans. Ce site était sans aucun doute un grand centre cérémoniel qui comptait 20000 habitants et s’étendait sur 2,6 km2.

On a affirmé que Tiwanaku constitue la plus grande réalisation architecturale mégalithique de l’Amérique du Sud préinca, bien que les fouilles soient loin d’être finies. Malgré le passage du temps, des pillages des Espagnols ou des pièces éparpillées dans le monde, le site conserve quelques trésors de cette période mystérieuse et magique où l’on s’amuse à imaginer tant bien que de mal, la vie de cet empire, sur une grande étendue entre deux chaînes de montagnes : c’est magnifique et apaisant.

Cette citée se trouve à une quarantaine de kilomètres de La Paz et nous y avons fait le chemin en mini-bus nous offrant de fabuleux paysages avec des maisons en terre, des petits troupeaux d’animaux tels des vaches, des lamas, des ânes et des cochons suivis parfois de bergers (ères).

 

De même sur la route du lac Titicaca, où l’itinéraire offre un panoramique qui traverse l’Altiplano et longe le littoral jusqu’à l’Estrecho de Tiquina où nous avons pris une barge en bois sur le détroit entre San Pablo et San Pedro.

Le Lac Titicaca est une étonnante tâche bleu saphir qui s’étend au cœur de l’austère Altiplano et est indubitablement l’une des merveilles de la région. Il se tient à l’altitude de 3820m, long de plus de 230 km2 et large de 97 km2.

Après deux heures de routes en zigzag nous arrivons à la charmante et animée ville de Copacabana, nichée entre deux collines en bordure du lac. Après la chute et la disparition de Tiwanaku, les Aymaras prient le pouvoir dans la région  et font de cette ville un lieu de pèlerinage et leurs divinités furent le soleil et la lune (l’homme et la femme) et Pachamama ( la Terre-Mère ), mais les pèlerins d’aujourd’hui préfèrent converger vers ses fiestas.

Effectivement, lorsque nous y sommes allés c’était encore la Cha ’lla. Et après avoir vu la jolie cathédrale mauresque d’un blanc éclatant et de ses dômes bigarrés (à carreaux de céramiques bleus) que l’on ne peut pas loupé, sur une place descendant vers la plage, on s’est trouvé parmi un rassemblement de Boliviens et de leurs autos ou mini bus qui festoyaient le carnaval, cerveza et bonne humeur au rendez-vous.

C’est aussi une ville un peu touristique (passage, frontière Pérou - Bolivie) où j’y ai recroisé, à tout hasard, le chemin de celle rencontrée pendant le voyage France/Bolivie que nous avions quitter à Lima!! Quelques échanges sur nos impressions de voyages, des rires et sourires avec ses amis de voyage. Que de portes et passages que m’offre cette résidence en Bolivie!!

 

Et le travail me direz-vous?! Et bien, nous préparons l’exposition des portes et passages qui débutent mardi, j’expérimente dans une vidéo, la parole métaphorisée par des pastas alfabetos, porte corporelle et de la parole. On reçoit, on apprend, on accumule, on essaie, on fait, on dit… La bouche est un passage de mots, de phrases, de pensées. Ma bouche est pas-sage.

 

Lundi, je vais travailler avec David à son agence de communication visuelle, il me tarde de voir et apprendre comment ils travaillent et que font-ils exactement.

 

Puis dans quatre jours c’est déjà la route du retour, ravie d’avoir connu les malaises et bonheurs de la vie étrangère, découvert une culture pleine de rites, coutumes et croyances, ouvert ma porte à l’Espagnol et surtout avoir pu partager nos savoirs avec les artistes Boliviens. J’espère vous avoir procurer un plaisir de me lire ou j’ai juste essayé de vous faire partager comme j’ai pu, ma petite expérience.

 

Besos y hasta pronto.

 

Tchao

 

sylvanie